Installée à l’Open Space « entrez libres » à Villeneuve-sur-Lot, en Lot-et-Garonne, OPEN SPACE L’ASSOCIATION
(loi 1901), s’est donné pour objectif de concevoir et mettre en œuvre des actions favorisant les rencontres
artistiques, culturelles, éducatives, sociales, solidaires et économiques.Initiée par Pyropat (performer/plasticien),
au printemps 2014, cette jeune association fonctionne comme un « laboratoire de l’instant », développant des
projets socio-culturel comme « Préjugix 200mg
©
», mais aussi purement artistiques en invitant des artistes ou
collectifs d’artistes à présenter une étape de leur travail au public villeneuvois.
QU’EST-CE QUE PRÉJUGIX 200MG ?
O.S. L’association a imaginé un médicament anti-préjugés : « Préjugix 200 mg
©
».
Nous avons sollicité en tant que « spécialistes », des associations et institutions représentantes de publics qui font quoti-
diennement l’objet de préjugés. Dans cette boîte, découvrez à la fois leurs réactions, leur expertise, sous forme de textes.
DANS « PRÉJUGIX© 200 MG » RETROUVEZ LES SUJETS SUIVANTS TRAITÉS PAR NOS SPÉCIALISTES
DÉPRESSION
Association « Entraide et vous », GEM
FAMILLES DE MALADES PSYCHIQUES
UNAFAM 47
HOMOSEXUALITÉ
Association Nationale « Le Refuge »
HANDICAP PHYSIQUE
Association des Paralysés de France
HANDICAP MENTAL
ESAT de Castille
SENIORS
Pôle Seniors - CCAS de Villeneuve/Lot
RECONVERSION PROFESSIONNELLE
E.R.P. Malleterre de Soisy-sur-Seine
VIOLENCES CONJUGALES
Maison des femmes
JEUNES
Lycéens de Villeneuve-sur-Lot
et Sainte-Livrade-sur-Lot
> LA CONCEPTION
Pour garantir l’harmonie globale et aider nos partenaires dans
leur travail de construction rédactionnelle, nous avons choisi
de proposer un faisceau de questions communes à tous.
Quel sens donnez-vous au mot préjugé ?
Quels sont les mots et les attitudes qui vous sont renvoyés ?
Quelles-en sont vos réactions ?
Quel message souhaiteriez-vous délivrer ?
> LA DISTRIBUTION
Les 5000 boîtes éditées pour le 12.12.2015, ont déjà été distribuées :
- dans 100% des pharmacies de la CAGV et au delà (16 officines),
- sur le Marché de Noël de Villeneuve-sur-Lot,
- au Pôle de Santé, ainsi qu’au Centre Culturel de Villeneuve
s
/Lot
> LA PAROLE DES JEUNES
Des jeunes de 4 lycées de l’Agglomération : lycée L’Oustal, lycée
Agricole
E.-Restat, lycée L.-Couffignal et Institution Ste-Catherine, ont
proposé,
au Centre Culturel, leurs réactions (affiches, théâtre, vidéos,
court métrage, dessin animé…) à Préjugix 200mg, élaborées pendant
tout le premier trimestre.
> LA RENCONTRE INSTITUTIONNELLE
La journée s’est achevée au Centre Culturel, où les
partenaires du projet ont été conviés à partir de 18h30,
à se retrouver autour d’une exposition composée
d’une pyramide d’un millier de boîtes ainsi que
de l’ensemble des textes produits, ainsi que leur
traduction audio (Préjugix 200mg est accessible aux
déficients visuels), pendant laquelle chacun des
participants de témoigner de son vécu au fur et à
mesure du montage du projet « Préjugix 200mg ».
COMMENT PRENDRE PRÉJUGIX 200MG ?
> Posologie : à consommer sans modération
Matin, Midi et Soir, de 0 à 199 ans.
> CONTRE INDICATIONS :
aucune à ce jour.
ATTENTION !!
Traitement non définitif, si les symptômes persistent
ou réapparaissent, veuillez relire l’ensemble des textes.
> Effets désirables
Tolérance, respect, ouverture d’esprit, liberté de
conscience, accepter les gens comme ils sont, mieux vivre
ensemble…
A L’ORIGINE DU PROJET ET DE L’ASSOCIATION
Pyropat
artiste plasticien/performeur.
« L’idée est venue d’une série de
rencontre avec le Groupe d’entraide
mutuelle de VIlleneuve-sur-Lot,
courant 2013. Nous avons tentés
ensemble de mettre en place une
intervention artistique en public.
Après plusieurs rendez-vous
une impasse semblait se profiler.
En relisant mes notes accumulées, j’y ai trouvé un croquis
représentant une capsule de médicament avec écrit à côté
« anti-préjugé »… c’était ça et seulement ça qu’il fallait
développer !
J’ai proposé à l’association tout juste créée : O.S. l’association
(l’Open Space « entrez libres » étant le nom de mon atelier),
de devenir porteuse de ce projet pour faciliter les démarches
et trouver là une équipe pour assumer le travail que le projet
allait générer.
C’est à l’unanimité que les adhérents ont choisi de se lancer
dans cette aventure « Préjugix 200 mg », le médicament
anti-préjugés.
Depuis la mairie de Villeneuve-sur-Lot nous soutient
activement, ainsi que l’ensemble des pharmaciens de
l’agglomération, des médecins généralistes et biens
d’autres encore…»
Forts du franc succès rencontré le 12 décembre 2015 sur
l’Agglomération Villeneuvoise et aux nombreuses sollicitations reçues
depuis, nous souhaitons affirmer notre attachement au Lot-et-Garonne en organisant :
SAMEDI 10 DÉCEMBRE 2016
UNE GRANDE JOURNÉE DE
MOBILISATION DÉPARTEMENTALE CONTRE LES PRÉJUGÉS.
O.S l’association propose donc de fédérer les réseaux associatifs,
scolaires, institutionnels, citoyens, médicaux, sportifs autour d’un
événement unique déployé sur l’ensemble du territoire départemental.
1 / L’OBJECTIF
DISTRIBUTION DE « PRÉJUGIX 200MG »
- Dans les pharmacies du Lot-et-Garonne (129 officines)
- 4 pyramides, de 1000 boîtes chacune, montées simultanément
dans les 4 principales villes du 47 : Agen, Villeneuves/Lot, Marmande et Nérac.
PERFORMANCE ANTI-PRÉJUGÉS :
- Les collégiens, lycéens et étudiants du Lot-et-Garonne seront invités à se rassembler au centre ville d’Agen pour défiler en-
semble contre les préjugés à l’aide des productions réalisées pendant le premier trimestre, suivant un parcours encore à l’étude.
SOIRÉE PARTENAIRES
La journée du 10 décembre s’achèvera par une soirée réunissant l’ensemble des partenaires de la mobilisation départe-
mentale. L’espace de réception reste encore à déterminer (Stadium, Palais des Congrés, ou autre).
2 / LA PRÉPARATION
LA RÉ-ÉDITION DE BOÎTES
Pour approvisionner les pharmacies du département, les 4 pyramides, les collèges et lycées, et pour répondre aux nombreuses
demandes qui continuent de nous parvenir de l’ensemble du territoire national, nous nous préparons à ré-éditer 20 000 exem-
plaires de « Préjugix 200mg ».
LA MISE EN BOÎTES
Constitution de réseaux locaux :
associations solidaires, sportifs, seniors, jeunes et toute structure susceptible d’être intéressée
dans chaque territoires, afin d’assurer le montage des boîtes de « Préjugix 200 mg », destinées aux centre-ville et aux pharmacies.
Ces boîtes seront assemblées dans un lieu unique : CHRS, ESAT, ESSOR, l’occasion pour chaque association participante de
découvrir ces structures.
Une équipe de l’association « Entraide et vous », (Groupe d’entraide Mutuelle de VIlleneuve-sur-Lot), constituée d’adultes en
situation de handicap psychique, en lien avec des membres d’O.S. l’association, assurera la formation au montage des boîtes sur
chaque territoire (Agen, Marmande, Nérac et VIlleneuve-sur-Lot), ainsi que le contre qualité des opérations exécutées.
Dans l’optique de la diffusion des boîtes de « Préjugix 200mg » dans les centre-ville ainsi que dans les pharmacies, les
boîtes seront conditionnées en colis correspondants aux commandes enregistrées.
COLLÈGES ET LYCÉES DU 47
En partenariat avec L’Education Nationale et la Commission Educative du Conseil Départemental, O.S. l’association propose d’ani-
mer des ateliers dans les collèges et lycées du Lot-et-Garonne volontaires, pour présenter « Préjugix 200 mg » aux élèves, susciter
leurs réactions, puis des productions artistiques : tee-shirts, affiches, pancartes, photos, chansons, ou autres… En lien avec les
partenaires rédacteurs des notices qui pourront rencontrer les élèves au cours du processus des ateliers. Ces productions pourront
être valorisées dans le cadre de la performance du 10 décembre 2016.
AVEC PRÉJUGIX, FAISONS
LEUR FÊTE AUX PRÉJUGÉS
PARTICIPATIONS ÉVÉNEMENTS
Tout au long du montage du projet (jusqu’au 10 décembre 2016), on pourra retrouver des exemplaires de Préjugix sur une série
d’événements aux quatre coins du département et au delà…
VILLENEUVE-SUR-LOT
Finales du Tournoi corporatif de Volleyball
MARMANDE
« Journées du Vivre Ensemble »
Festival Garorock
LE PASSAGE D’AGEN
Festival Rock’alibi
PARIS
Remise d’un Prix National à la Maison de la Radio
LAVARDAC
Exposition « Deux siècles d’Art »
AVEC
PRÉJUGIX
F
A
I
S
O
N
S
L
E
U
R
F
Ê
T
E
A
U
X
P
R
É
J
U
G
É
S
O.S. L’ASSOCIATION I L’OPEN SPACE « entrez libres », 98 avenue du Général de Gaulle, 47300 Villeneuve-sur-lot
courriel : o.s. lassociation47@gmail.com I facebook : www.facebook.com/oslassociation I Tél. : 06 80 57 92 62
PRÉJUGIX
EN IMAGES
L’équipe d’O.S. l’association au travail autour du packaging et des notices.
Les notices de « Préjugix 200mg » fraîchement validées.
La « MISE EN BOÎTE » des préjugés
a réunit un grand nombre de nos partenaires :
lycéens, seniors, handicapés psychiques et
physiques, familles de malades, entre autres,
du 26 octobre au 9 décembre 2015,
à l’Open Space « entrez libres ».
Le « JOUR J », samedi 12
décembre 2015, les bénévoles
d’O.S. l’association accom-
pagnés par les associations
rédactrices des notices, sont
« sur le pont » pour rencontrer,
expliquer et distribuer le
médicament anti-préjugés au
grand public.
Sophie Beillard (Présidente
d’O.S. l’association)
Patrick Delpech, alias Pyropat
(directeur artistique
d’O.S. l’association)
Franc succès du lancement de « Préjugix 200mg » avec près de 3000 boîtes distribuées et de très nombreuses rencontres provoquées !
« LA PAROLE DES JEUNES », c’est au Centre Culturel de Villeneuve-sur-Lot que les
lycéens de 4 établissements de l’agglomération sont venus présenter au public le résultat
d’un trimestre de réflexion et de productions sur la thématique des préjugés.
Les membres du groupe « Nous sommes la ville » ont ponctué le spectacle en lisant
les notices et permettre de ce fait au public de prendre connaissance de l’ensemble du
contenu de la boîte.
Lycéens et enseignants sont venus pré-
senter leurs productions : dessins animés,
courts métrages, bandes dessinées, inter-
views, fausses publicités, sketchs…
Ici la banderole anti-préjugés crée par la classe ULIS
du lycée des métiers de l’habitat Louis Couffignal.
Mise en boîte à l’ERP de Soisy sur Seine
avant distribution sur place à partir
du 28 janvier 2016.
PRODUCTIONS
DES LYCÉENS
LYCÉE DES MÉTIERS DE L’HABITAT LOUIS COUFFIGNAL
HJHJYGU
Anaïs, avocate,
mais pas que par beau temps !
Les apparences sont parfois trompeuses :
« Selon une étude récente, alors que 65% des élèves de l’École de formation du barreau de
Paris sont aujourd’hui des femmes, les différences de salaires entre les hommes et les
femmes avoisinent le nombre édifiant de 67% ! »
Qui a dit que les hommes savaient mieux faire les créneaux que les femmes ?
Qui a oublié de dire que la majorité des accidents sont causés par des hommes
?
Einstein n'était-il pas blond ?
Jean, éboueur.
Aïssatou, PDG.
Aboubakar,
grand dirigeant d'entreprise.
Marie, technicienne de surface.
L'Origine ne définit pas le métier
LYCÉE L’OUSTAL
DOSSIER
DE PRESSE
villeneuve
26. LA DÉPÊCHE DU MIDI. Mercredi 17 juin 2015.
société
« C
oncevoir un ou-
til, une média-
tion, qui per-
mette aux institutions et aux as-
sociations représentantes de
publics qui font quotidienne-
ment l’objet de préjugés liés
aux stéréotypes culturels et so-
ciétaux, de communiquer leur
point de vue,
leur expertise
afin de dé-
monter les
images toutes
faites. Le nom
de cet outil :
Préjugix
200 mg ». Une phrase comme
celle-là peut sembler très tech-
nique et peu engageante. Mais
quand on sait que derrière cette
démarche, il y a Patrick Del-
pech (plus connu sous son nom
d’artiste Pyropat), on se doute
bien que ce projet va être sur-
prenant, « à la fois artistique et
social ». Et il l’est ; innovant,
unique et mobilisant, au fil des
mois de plus en plus de parte-
naires. « Il s’agit en fait de con-
cevoir un nouveau médica-
ment anti-préjugés. À l’inté-
rieur de la boîte, pas de gélules
mais des rouleaux de papiers,
9 différents sur 9 thématiques.
Uniquement la notice, le mode
d’emploi. Ce médicament sera
distribué gratuitement au mois
de décembre dans toutes les
pharmacies et prescrit par des
médecins ».
Une initiative qui prend sa
source il y a déjà quelques mois,
« au fil des rencontres et des
ateliers que j’anime. Une ques-
tion est ressortie : comment lut-
ter contre les préjugés face aux
handicaps, à la précarité, à la
sexualité ou encore ceux liés à
l’âge… Tous ces préjugés sus-
ceptibles de
disparaître
une fois que
chacun y est
confronté, en
discute, se
renseigne. Ce
sont ces élé-
ments qui vont être fournis en
guise de médicament ».
Une idée fédératrice donc, qui
regroupe maintenant de nom-
breuses associations, mais aussi
les lycées de Villeneuve, et qui
« si tout se passe bien, va être
amené à se généraliser lors
d’opérations ponctuelles dans
d’autres villes, avec d’autres
thématiques ».
Frédéric Pascaud
Et si un médicament
anti-préjugés voyait
le jour ? Quel pour-
rait-être son mode
de distribution, son
packaging, ses effets
secondaires… ? Il est
en cours de création
au sein de l’Open
Space, son nom : Pré-
jugix 200 mg.
l’essentiel
3 000
BOÎTES > de Préjugix
200 mg.
Seront fabri-
quées dans un premier
temps.
repères
Patrick Delpech en pleine mise au point de ce projet unique de médicament bon pour tout le monde./Photo
DDM, F.P.
Un médicament pour
lutter contre les préjugés
SÉCURITÉ ROUTIÈRE
> Contrôles renforcés.
De-
puis le début de l’année, 21 per-
sonnes ont été tuées sur les rou-
tes lot-et-garonnaises, soit 12 de
plus qu’en 2014. Les comporte-
ments à risques étant fort im-
pliqués dans ces drames, le pré-
fet a décidé de renforcer les con-
trôles routiers des forces de
l’ordre.
MUSÉE GAJAC > Projec-
tion Film.
Mercredi 17 juin : à
18 heures, dans le cadre du mois
de l’exposition « Les Clergue
d’Arles », le musée propose de
voir ou revoir le film d’Alfred Hit-
chcock, « Fenêtre sur cour », avec
James Stewart et Grace Kelly.
Renseignements au
05 53 40 48 00
SOIRÉE POLARS > Librairie
Livresse.
Pascal Dessaint, au-
teur de romans d’enquête, par-
ticipera à une rencontre autour
du thème du polar à la librairie
Livresse, m
ercredi 17 juin de
17
heures à 19 heures.
COLLECTE > Don du sang.
L’association des Donneurs de
sang bénévoles de Villeneuve-
sur-Lot organise une collecte le
m
ercredi 17 juin à la mairie de
Villeneuve-sur-Lot, à la salle des
mariages, de 8 heures à 12 h 30.
CONFÉRENCE > Histoire
de l’art.
Jeudi 18 juin à 18 heu-
res 15 au pôle mémoire, le maî-
tre de conférence en histoire de
l’art du Moyen-Âge Christian
Gensbeitel propose une confé-
rence sur «Image et décor dans
l’architecture chrétienne de
l’antiquité à l’époque romane ».
Organisé par le pays d’art et
d’histoire renseignements au
05 53 36 17 30 et à l’office de
tourisme du Grand Villeneu-
vois.
Les 40 voisins réunis une nouvelle fois./Photo DDM
U
N
ÉVÉNEMENT
SUR
2
AXES
(
OU
PLUS
)
Une fois le travail en amont terminé, les boîtes de médicaments
fabriquées, emballées, il faut les diffuser. La première étape se fera
sur des présentoirs dans les pharmacies de l’agglomération ville-
neuvoise. La seconde se basera sur l’implantation de stands dans
des lieux à forte fréquentation, « mais tout est ouvert ».
Alors évidemment, une opération comme celle-là coûte cher. C’est
pourquoi une souscription est lancée. Tous les renseignements à
l’Open Space, 98, avenue du Général de Gaulle au 06 80 57 92 62.
quartier
Les voisins de Clément Marot font leur repas
Ils se saluent désormais tous
dans la rue, parfois ils vont
même jouer ensemble aux car-
tes ou s’inviter pour l’apéritif.
Pourtant, ils ne se connaissaient
pas avant la première fête des
voisins du quartier Clément Ma-
rot, il y a déjà 8 ans. Depuis, le ri-
tuel annuel persiste et entretient
les bonnes relations de voisi-
nage. 40 voisins se sont donc re-
trouvés pour une auberge espa-
gnole samedi 13 au soir à l’école
Clément-Marot prêtée pour l’oc-
casion par le directeur et la mai-
rie. Malgré l’orage qui en avait
fait fuir quelques-uns, la chaude
ambiance a montré que l’esprit
du voisinage résiste à toutes les
tempêtes.
échos
CARNET
URGENCES
S
APEURS-POMPIERS. Tél. 18 ou 112.
PHARMACIE. Bastide, rue Cami-
de-Pastourel à Bias, tél. 05 53 70 33
85.
PERMANENCE
POLICE NATIONALE. Tél. 17 ou
05 53 49 62 70.
GENDARMERIE. 05 53 49 75 00.
PÔLE DE SANTÉ DU VILLENEU-
VOIS
. Standard : tél.
05 53 72 23 23. Urgences : tél.
05 53 72 25 53. Pour joindre un pa-
tient directement dans sa cham-
bre : tél. 05 35 36 10 10.
CINÉMA
GRAND ÉCRAN CYRANO. 9, blvd
de la Marine à Villeneuve. « V
ice-
V
ersa », en 2D à 14 heures et à 20 h
30, e
n 3D à 18 heures. « Qui c’est
le
s plus forts ? », à 14 heures et à
20 h 30. « J
urassic World », en 2D
à 14 heures et à 17 h 45, e
n 3D à
20 h 30. « La
loi du marché », à
18 heures.
L’UTOPIE. 16, rue Nationale à Ste-
Livrade. Aujourd’hui : « Q
ui c’est
le
s plus forts ? », à 15 heures et à
21 heures. « Ta
xi Téhéran » en VO,
à 15 heures. « Le
s optimistes » en
V
O et « Jurassic World », à 18 h 30.
« J
auja » en VO, à 21 heures.
LA DÉPÊCHE
DU MIDI
RÉDACTION. 14 blvd G.-Leygues,
47 300 Villeneuve-sur-Lot. Tél.
05 53 70 89 66.
Courriel : redac-
tion.villeneuve@ladepeche.fr
« Récupérer
également les paroles
des jeunes, tout doit
être envisagé »
Rendez-vous au musée Gajac
musique
Nous en avions parlé dans notre édition du mardi
2 juin ; Sébastien Denis et Chris Scheldeman
étaient partis au Midem, à Cannes, afin de rencon-
trer tout ce que la terre (ou presque) peut compter
de producteurs musicaux. Pour Chris, c’est une ha-
bitude. Pour Sébastien, une première : « Je ne m’at-
tendais vraiment pas à croiser autant de person-
nes, même si Chris m’avait prévenu, mais quand
on est musicien, c’est vraiment une expérience à
vivre. Il croyait en notre travail et n’avait pas vrai-
ment de doute. Moi, beaucoup ». Et l’histoire a fait
que Chris avait entièrement raison. « En fait, j’ai
signé un contrat sur place, avec une maison de pro-
duction Belge. Et comme me l’avait expliqué Chris,
tout est affaire de hasard et de rencontre ».
Des rencontres, Sébastien en a fait, beaucoup. Mais
c’est le hasard qui a fait le reste. « Lors d’une pause
entre deux rendez-vous, je prenais l’air. Une pro-
ductrice s’est approchée, m’a dit qu’elle avait
écouté mon cd, les paroles lui plaisaient, pas for-
cément la musique et le travail de production que
nous avions fait ». Donc, même si la productrice
était intéressée, elle n’était pas vraiment convain-
cue. Et c’est là que le hasard entre à nouveau en
jeu. « Nous nous croisons à nouveau un soir au res-
taurant. Et sur les lieux, il y avait un guitariste qui
avait vu mes vidéos sur internet ». La discussion
s’engage, entre musiciens. « J’attrape alors sa gui-
tare et me mets à jouer mes compositions, comme
ça, au coin d’une table. Et là, la productrice change
d’avis et décide tout de suite de me faire signer un
contrat, pas pour chanter, mais pour composer pour
les autres ». Et c’est ainsi qu’une relation de con-
fiance est née. « Je vais lui envoyer des chansons,
textes et musiques, à charge pour la maison de pro-
ducteur de les vendre à des chanteurs ». Le début
d’une nouvelle aventure.
F.P.
Sébastien et Chris ont su profiter des opportunités cannoises./Photo
DDM, F.P.
La réussite cannoise de Sébastien Denis
La Dépêche du Midi du 1
er
juin 2015
Parmi les très nombreux articles de presse écrite, radios et blogs en France, en Europe, au Québec…
villeneuve
Mercredi 30 septembre 2015 . LA DÉPÊCHE DU MIDI .25
société
15
pharmaciens de tout
le territoire, les cinq
lycées, de nombreu-
ses associations, tout autant si-
non plus de simples citoyens, un
financement participatif large-
ment atteint. « Il semble vrai-
ment que le projet Préjugix
200 mg inté-
resse de plus
en plus de
monde »,
confirme Pa-
trick Delpech
(alias Pyro-
pat), créateur
de l’association O.S. « Nous
avons imaginé un médicament
anti-préjugés, le « Préjugix
200 mg ». L’idée est de faire réa-
gir des groupes de personnes,
aux idées reçues les plus répan-
dues à leur sujet et de présenter
ces réactions, sous la forme de
textes au grand public, de façon
simple et ludique », explique
Patrick Delpech. Un projet am-
bitieux, à la fois artistique, socié-
tal et culturel. La première étape
a été de trouver des partenaires,
c’est chose faite avec de nom-
breuses associations ou organis-
mes officiels qui « nous ont com-
muniqué leurs différentes noti-
ces. Je suis en train de finir la ré-
colte des paroles des lycéens
afin de les mettre en forme pour
le préjugé contre la jeunesse ».
Le financement sur la plate-
forme collaborative Kisskiss-
bangbang a été un succès :
« Nous avions demandé 1 500 €,
c’est 70 € de plus que nous avons
récoltés. Une preuve supplé-
mentaire que notre projet a
trouvé un écho au niveau ci-
toyen. »
La fabrication lancée début
octobre
C’est maintenant qu’un nou-
veau défi débute : valider tou-
tes les notices
pour l’impres-
sion, lancer la fa-
brication des
boîtes et « en-
voyer les fichiers
chez un de nos
partenaires, l’im-
primerie IPS. Et surtout trouver
assez de volontaires pour as-
sembler les boîtes, mettre en
forme les notices et les ranger. Il
ne faut pas oublier que nous al-
lons mettre en place 5000 boîtes
de Préjugix 200 mg. Cela va im-
pliquer de longs ateliers pliages.
Ce travail va s’effectuer à l’open
space et toutes les bonnes vo-
lontés sont les bienvenues ».
En effet tout doit être prêt pour
le 12 décembre, date choisi pour
le lancement du médicament.
Frédéric Pascaud
Le projet lancé par
Patrick Delpech vient
de franchir une nou-
velle étape : le finan-
cement est entière-
ment bouclé et la fa-
brication des boîtes
de « Préjugix
200 mg », seul médi-
cament anti-préju-
gés va être lancée.
l’essentiel
5 000
BOÎTES > De « Préju-
gix 200 mg ».
Seront
mises à disposition dans
les pharmacies du Ville-
neuvois.
repères
Le Préjugix va bientôt partir en fabrication avant la distribution chez les pharmaciens./Photo DDM, F.P.
La mise sur le marché est autorisée
pour le « Préjugix 200 mg »
12
DÉCEMBRE
LANCEMENT
DU
P
RÉJUGIX
« Nous allons installer des présentoirs dans les 15 pharmacies du
territoire, je tiens d’ailleurs à remercier tous ces pharmaciens qui
jouent le jeu. Ce jour-là, de 16 heures à 18 heures, au centre cultu-
rel, les lycéens viendront rendre compte de cette expérience : un
spectacle, une exposition puis une sorte de table ronde au cours
de laquelle chacun pourra exprimer son ressenti. Les notices se-
ront également traduites en braille et les boîtes restantes seront
disponibles à l’open space jusqu’à épuisement des stocks. »
CINÉMA
G
RAND ÉCRAN CYRANO.
9, bd de la
Marine à Villeneuve-sur-Lot. «
Pré-
monitions», 15 h et à 20h30. «Dhee-
pan», 18 h et à 20h30. «Everest», 15
h et à 20h30. «
Premiers crus», «Boo-
merang», 18 h. «Les Minions», 15 h.
L’UTOPIE.
16, rue Nationale à
Sainte-Livrade. «
Les Minions», 15h.
«
La Isla minima» (en V. O.), 18h30.
«
Libres», «Les Mille et une nuits,
l
’enchanté» (en V. O.), 20h45.
« Le médicament sera
également disponible
lors du marché
de Noël »
je m’abonne,
et je récupère mon journal,
dans mon point de vente...
*0,95 €par jour
1,36€ le dimanche :
TV +Fémina
àlarentrée...
àlarentrée...
... EN BÉNÉFICIANT DE TOUS
LES PRIVILÈGES
D’ÊTRE ABONNÉ*
et je récupère mon journal, et je récupère mon journal, et je récupère mon journal,
dans mon point de vente..dans mon point de vente..dans mon point de vente..
... EN BÉNÉFICIANT DE TOUS
PRESSE
ABONNEMENT
18
%*
de
REMISE
SUR LE PRIX
*Voir conditions en magasin.
899105
La Dépêche du Midi du 20 septembre 2015
Sud Ouest du 9 décembre 2015
La Dépêche du Midi du 29 octobre 2015
Le Journal du Dimanche du 13 décembre 2015
Nous y tenions, poursuit le concep-
teur du projet. Par exemple, le pôle
senior de la commune de Villeneu-
ve-sur-Lot a élaboré le dépliant sur
la problématique des personnes
âgées, l’association des paralysés de
France, celle du handicap physique
et l’association Le Refuge celle de
l’homosexualité. »
En Ile-de-France, c’est l’Ecole de
reconversion professionnelle (ERP)
de Soisy-sur-Seine qui a choisi de
relayer cette action. L’établissement
a rédigé la notice dédiée à la re-
conversion professionnelle. « C’est
un de nos stagiaires, originaire de
Villeneuve-sur-Lot, qui nous a rap-
porté le concept. Nous avons trouvé
l’idée géniale, sourit Estelle Josse,
infirmière à l’ERP de Soisy. Ici, nous
accueillons des personnes handica-
pées et les questions qu’elles se po-
sent ont alimenté la notice que nous
avons rédigée. Nous serons présents
lors de la distribution de Préjugix
dans les pharmacies de la commu-
ne. C’est un excellent moyen
d’échanger et de sensibiliser le pu-
blic à ces thématiques. »
Et de favoriser les effets désira-
bles de « Préjugix 200 mg » souhai-
tés par ses concepteurs : tolérance,
respect et ouverture d’esprit.
LAURENT DEGRADI
* Handicap physique, handicap
mental, dépression, familles de
malades psychiques, seniors,
jeunes, violences conjugales,
homosexualité, reconversion
professionnelle.
président de l’association artistique
O.S. (Open space). Je m’étais associé
à eux afin de réaliser une perfor-
mance à Villeneuve-sur-Lot sur le
thème de leur insertion dans la vie
de la cité. Au fil de nos discussions,
l’un d’eux a abordé la schizophré-
nie. Chaque fois, qu’on parle d’un
schizophrène, les gens l’assimilent
à un tueur en série, a-t-il lancé.
Dans ma tête, ça a fait tilt. J’ai visua-
lisé la boîte de médicament et son
inscription anti-préjugés ».
Après plusieurs semaines de ré-
flexion entre membres de l’associa-
tion, le concept prend forme. « Pour
lutter contre les préjugés, le plus im-
portant ce sont les mots », assure
Patrick Delpech qui lance alors sa
campagne de sensibilisation.
Neuf thématiques sont déga-
gées*. Pour chacune d’entre el-
les, un petit rouleau format
A5 est glissé dans chaque boîte de
« Préjugix 200 mg ». Le patient
peut y lire un condensé des clichés
visés mais aussi les conséquences
pour les personnes concernées et
leur ressenti.
« Ces thématiques ont été travail-
lées par des groupes déjà constitués.
IL NE SOULAGE PAS la migraine,
n’apaise pas les irritations et soigne
encore moins la toux. Non, le « Pré-
jugix 200 mg » s’attaque à un tout
autre mal. Distribué aujourd’hui, et
pour la première fois en Ile-de-Fran-
ce, dans deux pharmacies de
Soisy-sur-Seine, ce médica-
ment cible les patients atteints
de préjugés et idées reçues.
Conditionné sous emballa-
ge cartonné, le « Préjugix
200 mg » se présente comme
un sirop. Pourtant, son prin-
cipe actif ne s’absorbe pas.
Aucun grand laboratoire
pharmaceutique ne se trou-
ve derrière sa production.
Et aucune ordonnance n’est
exigée pour se procurer ce
« remède » de l’imagina-
tion d’une association cultu-
relle basée à Villeneuve-sur-
Lot (Lot-et-Garonne).
« Tout est parti d’une ren-
contre l’an dernier avec un
groupe d’adultes handica-
pés, raconte Patrick Delpech,
n
Des amateurs d’art ou des
cambrioleurs qui ont eu le nez
creux. Car ils ont mis la main sur
des statuettes animalières qui
peuvent se revendre plusieurs
milliers d’euros. Lundi midi, une
habitante d’Etampes âgée de
92 ans a été victime d’un vol de
12 000 €. Elle s’est fait dérober des
sculptures signées Georges Lavroff,
un artiste russe dont les bronzes
représentant des ours (comme celui
ci-dessus), des biches, des tigres ou
encore des oiseaux sont cotés entre
5 000 et 12 000 pièce. Les
malfaiteurs auraient leurré la
victime en se faisant passer pour
de faux agents techniques. Une
plainte a été déposée au
commissariat d’Etampes.
ÉTAMPES
Des statuettes
signées Georges
Lavroff volées
n
Ce week-end, le salon de
l’habitat s’installe à Fleury-
Mérogis, au complexe sportif
Jacques-Anquetil. C’est toute
l’offre de services en matière de
construction et rénovation de
l’habitat durable réunie sur un
seul site : des artisans, des
professionnels et des experts
conseilleront le public dans leurs
projets de rénovation, de
construction et de décoration.
Avec pour objectif de faire
découvrir les solutions et les
savoir-faire proposés par les
entreprises essonniennes. A cette
occasion, les meilleurs ouvriers de
France recevront leurs diplômes.
De nombreux ateliers vont
rythmer ce samedi et dimanche.
L’entrée est gratuite : infos et
conditions sur Facebook « Salon
de l’Habitat en Essonne ».
FLEURY-MÉROGIS
Salon de l’habitat :
des experts prêts
à vous conseiller
(DR.)
Imaginé par un artiste
du Lot-et-Garonne,
ce médicament a pour
objectif de lutter contre
neuf préjugés largement
répandus.
(DR.)
Un « médicament »
pour éradiquer les préjugés
SOISY-SUR-SEINE. Dans la boîte, pas de sirop mais des petits rouleaux. On peut y lire un
condensé des clichés visés, les conséquences pour les personnes concernées et leur ressenti.
AU CONCOURS du nombre d’auto-
graphes et de photos, c’est encore lui le
grand gagnant. Hier après-midi, Yan-
nick Noah a rencontré et même échan-
quelques balles avec les jeunes
joueurs de tennis de l’association Fête
le mur à Grigny. Une rencontre qui
s’est soldée par la signature d’une
convention entre l’Etat et cette structu-
re qu’il a créée il y a déjà vingt ans.
Grâce à ce document, qui engage l’Etat
à hauteur de 60 000 €, Fête le mur, qui
compte trente sites en France, va pou-
voir poursuivre son action de démocra-
tisation du tennis dans les quartiers.
A Grigny, l’association de Yannick
Noah œuvre depuis déjà près de
vingt ans pour démontrer que le tennis
n’est pas réservé aux « bourgeois ».
« Ici, les parents ne paient que 10 par
an et par enfant. Cela correspond uni-
quement au coût de la licence. Le reste
est prix en charge par des partenaires
privés et des subventions », explique
Baptiste, l’un des éducateurs. Mais
avant de passer aux choses sérieuses et
à la signature du document avec le se-
crétaire d’Etat en charge des Sports,
Thierry Braillard, l’ancien champion a
mouillé le maillot.
« Vous êtes chaud ? » lui lance le
maire Philippe Rio (PCF) en rentrant
dans le gymnase. « Chaud bouillant ! »
répond du tac au tac le capitaine de
l’équipe de France. Fine barbe désor-
mais poivre et sel et casquette gavro-
che vissée sur la tête, Yannick Noah a
multiplié les rencontres et les poignées
de main sous l’œil inquisiteur des ca-
méras. « On a eu ce rêve fou il y a
vingt ans, souligne-t-il, ému. Depuis,
certains sont devenus grands, beau-
coup sont restés. »
FLORIAN GARCIA
GRIGNY
Yannick Noah transmet sa passion du tennis
Grigny, hier. Sportif accompli, Yannick Noah est le président de l’association Fête le mur.
Une structure qui a pour but de démocratiser la pratique du tennis dans les quartiers.
n
« Je vous présente Doumbé, c’est un pur
produit de Fête le mur ! » Baptiste, l’un de ses
éducateurs au sein de l’association, ne tarit pas
d’éloges sur son jeune élève. « J’ai commencé il y a
cinq ou six ans mais au début, je profitais juste des
terrains avec mes copains », se souvient cet
adolescent de 14 ans. Mais à force de renvoyer les
balles de fond de court, Doumbé se prend d’affection
pour ce sport et finit par s’inscrire. « C’est une
chance de pouvoir jouer au tennis car c’est un sport
qui peut coûter cher », reconnaît ce sportif qui a pu
disputer des tournois à Beauvais (Oise) et à
Bordeaux (Gironde). Grâce à l’association, Doumbé
s’entraîne trois heures les mercredis et les samedis.
Un rythme soutenu qui l’emmènera peut-être sur les
illustres traces de Yannick Noah.
« C’est une chance de jouer au tennis »
Doumbé, 14 ans, inscrit aux cour s
+ 4,9 % de chômeurs
sur un an en Essonne. Si le
département limite les pots cassés
sur un mois, il enregistre en
revanche la plus forte hausse de
l’Ile-de-France sur un an. Le
chômage a ainsi augmenté de 4,9 %
en Essonne entre décembre 2014 et
décembre 2015 en catégorie A
(demandeurs d’emploi sans aucune
activité). Paris est à + 1,9 %,
la Seine-et-Marne à + 3 %, les
Yvelines à + 3,5 %, les Hauts-de-
Seine à + 2,5 %, la Seine-Saint-
Denis à + 2,9 %, le Val-de-Marne à
+ 4,1 % et le Val-d’Oise à + 2,4 %.
Deux nuances cependant. D’une
part, le chômage n’a augmenté que
de 0,1 % entre novembre et
décembre dans le 91 et d’autre part,
l’Essonne avec ses 59 210 personnes
sans activité à la fin 2015 reste le
département francilien qui compte
le moins de chômeurs.
n CHIFFRE
« Ces thématiques ont
été travaillées par des
groupes déjà constitués,
comme l’association des
paralysés de France »
Patrick Delpech, président de l’association
artistique Open space
(LP/Florian Garcia.)
(LP/Florian Garcia.)
Essonne
Essonne
Matin
www.leparisien.fr/91 Le Parisien / Jeudi 28 janvier 2016